Chapelle Sainte Cécile

Fermer LA CHAPELLE

Fermer LES TRAVAUX DE RESTAURATION BATIMENT

Fermer LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES

Fermer TÉMOIGNAGES: Vies et Fêtes autour de la Chapelle

Fermer Sites autour de la chapelle

Fermer Pour VENIR à Sainte Cécile-PLANS

L'Association

Fermer LES AMIS DE LA CHAPELLE SAINTE CÉCILE

Fermer PROGRAMMES-Reportages photos et vidéos

Fermer NOS FÊTES mémorables

Fermer Arts et Techniques

Fermer NOUS REJOINDRE comme adhérent

Fermer NOUS CONTACTER

Les projets

Programmes et reportages

2017

2017-web-programmationsaintececile.jpg

**********

DONS pour la création

des vitraux

de la chapelle:

 

En ligne sécurisée:

https://www.fondation-

patrimoine.org/les-

projets/sainte-cecile-a-flee

 

ou télécharger le bon

de souscription papier:

F1web.jpg

 

 

****************

Articles sur le vitrail

dans Arts et techniques

*****

Diaporama en vidéo

2015, sur

le vitrail contemporain

gifvitrail_2015.jpg

**********

index.jpg

L'art du vitrail,

techniques et histoire

********

udo_zembock_paderborn.gif

Quatre expositions

2014 et 2015

sur le

Vitrail contemporain

 

===========

Cartes postales
cartespostalesstececilesmanim.gif

===========

LA CHAPELLE

Architecture,

mobilier,

 restauration du mobilier

avant1930gravurerelevenef.jpg

 

Webmaster - Infos
Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Inscription au site

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 6 membres


Connectés :

( personne )
Nos partenaires
LA CHAPELLE - Architecture, mobilier et restauration du mobilier

Lien vers restauration 2012-2013 des objets mobiliers inscrits:
Lien vers télécharger le rapport de restauration du Christ de Elisabeth Wolkowski-Didelot


Plan de la Chapelle

 

PLAN_et_photos_fond_bleu_Chapelle.jpg

 

 

L’édifice

     Le bâtiment actuel peut être daté du XIe siècle, ceci grâce notamment à l’appareillage et les ouvertures de la nef, d‘un style roman caractéristique des églises rurales du Maine.

nordavanttravaux.jpg

     Le chœur à chevet plat fut construit vers le XVe ou le XVIe et remanié plusieurs fois. Le clocher à flèche a été ajouté sur la charpente de la nef au XVIIe siècle. Deux cloches y furent installées le 13 mai 1782 : la première reçut le nom de Geneviève et la seconde celui de Cécile.

Acte de Baptême des deux cloches

Ces deux cloches n’existent plus aujourd’hui et ont été remplacées depuis 1861 par une unique cloche, le deuxième logement de cloche demeurant vide.



cloche.jpg

  

 

     Un compte-rendu du conseil de la fabrique de la commune de Flée daté du 21 mars 1824 fait état du délabrement de la chapelle Sainte-Cécile. Sur proposition de Monsieur de Fontenay, maire de Flée, qui avance un devis estimatif des matériaux de la chapelle, il est décidé de détruire la chapelle, les ardoises devant être récupérées pour servir à l’église Saint-Pierre de Flée et au presbytère.
 

      Cette décision ne fut pas suivie d’effet puisque la chapelle est toujours debout. Il semble même qu’un regain d’intérêt ait joué en sa faveur dans la deuxième moitié du XIXe siècle puisqu’un décret du 24 octobre 1872 autorise l’exercice du culte dans la chapelle Sainte-Cécile, renommée chapelle de Secours : "Le culte sera célébré sous la direction du desservant de la succursale de Flée et sous l’administration temporelle de la fabrique de cette église".
Ce regain d’activités à la chapelle a été possible grâce à un legs testamentaire de Madame de Graslin allouant 3 000 Frs à la chapelle.


Photo du tableau des fondations du "Conseil de fabrique" , sacristie de l'église Saint Pierre de Flée. 

tableaudesfondations.jpg


 

Les peintures


      En 1928, Suzanne Trocmé (membre de la Société Archéologique du Vendômois) remarqua à l’intérieur de la nef un petit fragment de peinture mis à jour par hasard.

Les cinq gravures insérées parmi les photos suivantes proviennent de l'ouvrage de PAUL CORDONNIER-DETRIE  - LES PEINTURES MURALES DE L'ÉGLISE DE SAINTE- CÉCILE -   -  IMPRIMERIE - LIBRAIRIE CH. MONNOYER - LE MANS - 1930.
Elles ont été réalisées d'après les relevés de Suzanne Trocmé réalisés en 1929.

 
avant1930gravurerelevenef.jpg

      Des sondages permirent de révéler des décors de diverses époques : roman à l’intrados de l’arc triomphal "L’offrande de Caïn et Abel", fin du Moyen Age dans la nef , époque moderne dans le chœur.
Quant aux restes de peintures murales, elles sont inscrites à l’Inventaire supplémentaire à la liste des Objets Mobiliers classés. De récents sondages ont permis de repérer d’autres peintures murales sous le badigeon. 

    

avant1930gravureabelcain.jpgcain.jpg

    Caïn et Abel : peinture murale du XIIIe          
    
 
DAVY Ch., V Juhel & G. Paoletti, Les peintures murales romanes dans la vallée du Loir, Vendôme, Editions du Cherche-Lune, 1997. Pages 190 à 192.

La scène conservée à l'intrados de l'arc
triomphal s'accorde
cainetabel13es.jpg à la puissance évocatrice de ce passage du lieu laïc au lieu sacrificiel. Si Abel, symbole du sacrifice du Christ, tourne malencontreusement (par erreur ?) le dos à l'autel, l'offrande est bien là pour accompagner la prière populaire au-delà de cette limite. La composition incite le regard à s'élever vers le ciel, via la main divine, prémices de la révélation prochaine. Il faut aussi insister sur la valeur négative de Caïn avec son visage vu de profil, comme ceux des bourreaux ou des mauvais courtisans, et surtout sur sa gerbe de blé, symboliquement représentée plus grande que nature. Celle-ci se compose de deux niveaux: le plus bas, dense et dentelé en son bord supérieur, laisse échapper sept hautes tiges. Cette représentation peu fréquente de la gerbe de blé' doit être rapprochée de l'iconographie d'un chapiteau provenant de Moustiers-Saint-Jean (actuellement au Fogg Museum de Boston), où court l'inscription "Abel cum premiciis, Cain cum lolio".
Caïn, peu soigneux, offrirait donc une gerbe de blé gâté d'ivraie reproduite plus grande: le peintre suit fidèlement la Parabole du bon grain et de l'ivraie selon Matthieu XIII, 24-42. Le peintre ou son commanditaire, parfaitement conscient de l'adéquation du thème à cet emplacement, rappelle que le sacrifice du Christ délivre le chrétien du mal, mais que celui-ci se doit également de gagner activement son salut par lui-même et ne pas se laisser aller au péché comme Caïn. Cette image peut être considérée comme issue de la volonté et de l'action moralisante du clergé au cours du XIIème siècle.
avant1930gravurestroch.jpgsaint_roch_2.jpg

        St Roch : peinture murale du XVe



Deux litres noires, signe de deuil suite au décès d'une personnalité locale, sont visibles à certains endroits dans le chœur et la nef.


litretransept_sudsm01.jpg
litretransept_sudsm02.jpg



avant1930gravureblasonlitre.jpglitretransept_sudsm03.jpg

litretransept_nordsm04.jpglitretransept_nordsm05.jpg
  
photos novembre 2011

0n distingue des armoiries qui n'ont pour l'instant pas été identifiées.



avant1930gravureblasondefemme.jpgarmoierie01.jpgarmoierie02.jpg



Les retables

       C'est au XVIIIème siècle que l'église reçut trois retables, classés aux Monuments Historiques depuis 1989. Des statues en plâtre du XIXème remplacent les statues d'origine.
       Celui de l'autel central, qui pourrait être plus ancien que les deux autres (première moitié du XVIIIème) est richement orné. Une Transfiguration est figurée, encadrée par deux colonnes aux chapiteaux sculptés. Le tabernacle est en bois peint blanc et doré (début du XVIIIème). Il s'agit d'un décor Régence. La pierre d'autel est en ardoise et datée de 1610.
      
La clôture en bois tourné de la fin du XVIIème est très bien conservée, fait assez rare, beaucoup de clôtures ayant été remplacées au XVIIIème par des clôtures en fer forgé. Cette clôture a été restaurée par la commune et l'association "Les Amis de Sainte-Cécile" en 2003.

 
retablesm01.jpg

 
 
retabletranseptnord.jpgretablecentral.jpgretabletranseptsud.jpg

     retable du transept nord                 retable central du chœur                  retable du transept sud  
       

       Seul le retable du transept sud, le retable de Saint-Gilles, porte une signature : "Le Brun fecit" et la date "1757".


        Sur le fronton du retable, on peut voir un triangle équilatéral, symbole de la Trinité couramment sculpté à partir du XVIIIème, orné en son centre des lettres hébraïques du Nom divin : YAHVE. Du triangle partent des rayons, symbolisant la "gloire "de Dieu.
 
yahve.jpg


Le Brun, sculpteur manceau, réalisa de nombreuses œuvres pour un grand nombre d'églises du Maine, comme à Challes, Vivoin, Loué, Duneau, Assé-le-Riboul. Biblio. Dictionnaire des artistes et artisans manceaux, notes et documents de l'abbé Gustave-René Esnault, publiés par l'abbé J.-L. Denis.
 

 



Les objets mobiliers
 

Les statues en pierre polychrome du XVIème siècle.
 

Saint Moine et Sainte Femme

saintmoineetsaintefemme.jpg



La statue de Saint Sébastien, en morceaux, était peut-être une des anciennes statues du retable de la chapelle sud, le saint étant en effet prié pour protéger des maladies contagieuses (peste, choléra...)

Peutetresaintsebastien.jpg

Visage d'une statue brisée pouvant être de Saint Sébastien.



 

Restauration 2012-2013 des objets mobiliers inscrits:
 

Le Cadre du tableau. 
RESTAURATRICE: Émilie Macle, atelier à Vaas, 72500.

01_cadreettableau_avantrepose.gif02_cadreettableau_apresrepose.gif

avant                                                         après

pendant la restauration ci-dessous

03_cadre_anglesupga.gif04_cadre_anglesupdr.gif

06_cadre_angleinfga.gif05_cadre_angleinfdr.gif

détails

07_cadre_detailangleinfga..gif08_cadre_detailmotifmedian.gif


renfort envers du cadre et cadre sur l'envers avant repose.
09_cadre_detailanglesupdr.gif10_cadre_enversapresrestauration.gif



 

(article en travaux) Tableau avant restauration: 
Vierge au rosaire,
huile sur toile, date et auteur inconnus.       

                                          laviergeaurosaireavrestauration.jpg

 

  Détails

 

laviergeaurosaire_detail.jpglaviergeaurosaire_un_angehg.jpg

 

IDENTIFICATION DE L'ŒUVRE

Attribution

Anonyme

Titre

Vierge au rosaire

Format

rectangulaire droit

Dimensions du tableau

                  (H) 138cm x (1) 107cm

Technique

Huile sur toile

Provenance

Église de Flée

Nature de l'intervention

restauration du tableau (support et couche picturale) et de son cadre

Date  d'examen

le 22 juin 2010

Contacts

Mairie : madame Myriam Feurtey-Maudet

2, place de la mairie- 72500 Flée

Tél. 02-43-44-10-01

Conseil Général de la Sarthe -Service du Patrimoine Madame Anetta Palonka-Cohin
 

 

  • La restauration de la couche picturale comprend le nettoyage, le refixage, le masticage et la réintégration du tableau et son revernissage.
  • L'intervention (minimaliste) sur le support se limitera au dépoussiérage de la toile, à la reprise des déformations, au collage des déchirures et la pose de bandes de tension afin de retendre la toile sur son châssis.
  • Au revers, une protection sera posée contre l'empoussièrement.
  • Le châssis sera conservé. Le cadre sera nettoyé et le système d'encadrement révisé.

Angélique Bigolet
Restauratrice de peintures, diplômée de la M.S.T. de Conservation-Restauration des Biens culturels
Adresse :127, rue saint Dominique — 75007 Paris
Téléphone : 06-74-49-87-48 — Courriel : blueatelier@free.fr



Le Christ en bois polychrome. 
RESTAURATRICE: 

Élisabeth Wolkowski-Didelot
Restauration de sculptures
La Ridellière - 37370 Saint-Paterne-Racan
Téléphone : 02 47 29 37 03 / 06 29 05 25 37 — Courriel : elisabeth.wolkowski@gmail.com

 



Christ en croix, photo avant prise en charge par la restauratrice (H: 2,20m, L: 1,45m)                            et carte postale montrant le Christ en place avant dépose.

   

christmontage.jpg

Détails du dessus de la tête
et
de la polychromie

CONSTAT.

Structure :

  • Sculpture en chêne non évidée, avec les bras assemblés par chevillage (chevilles visibles au revers),
  • Fixation à la croix (également en chêne) par des clous en fer forgés aux mains, une chaîne entre les omoplates et une cheville (cassée) derrière les pieds,
  • Attaque d'insectes xylophages généralisée (trous d'envol sur l'ensemble) ayant particulièrement fragilisé le haut de la tête,
  • Manques : dessus de la tête, épines de la couronne, extrémités des doigts,
  • Pas d'anciennes restaurations,
  • Élément métallique dans la hanche gauche, dont l'origine reste inexpliquée, -croix assemblée à mi-bois par quatre chevilles et un clou

 

Surface :

  • Au moins trois couches de polychromie visibles à l'œil nu : la dernière craquelée et lacunaire semble être un badigeon jaune sensible à l'eau (des tests sur place ont permis de montrer sa faible adhésion) et le peu de sensibilité à l'eau de la couche sous-jacente.
  • Fort empoussièrement et encrassement,
  • Corrosion des éléments métalliques.

  

Proposition de traitement 

  • Emballage dans du papier de soie puis des mousses, arrimage au véhicule et transport de la sculpture à l'atelier (sécurisé avec alarme et télésurveillance).

  • Désinsectisation par anoxie (action curative à cœur) et imprégnation de cyperméthrine (type Perxil, action préventive garantie dix ans).
  • Dépoussiérage au pinceau doux et à l'aspirateur.
  • Nettoyage à l'eau déminéralisée afin d'éliminer le dernier repeint qui correspond à un badigeon jaunâtre assez lacunaire, avec des blessures dessinées grossièrement.
  • Refixage de la polychromie ancienne avec une résine acrylique (type Plextol B500).
  • Consolidation du bois par imprégnation de résine vinylique (polybutyral de vinyle, type Mowital B6OHH) à différentes concentrations dans l'éthanol Nouvelle cheville aux pieds. Les manques de la tête ne sont pas gênants et ne seront pas comblés.
  • Traitement des éléments métalliques par application d'une résine inhibitrice de corrosion (type Rustol OWatrol).
  • Retouches d'harmonisation à l'aquarelle et application d'une cire microcristalline antistatique afin de limiter l'empoussièrement.
  • Repose de la sculpture sur la poutre de gloire de la chapelle Sainte-Cécile (échafaudage à la charge de la commune) avec fixation par un système de plaques en acier inoxydable classe A2 vissées sur les poutres en place.
     
  • Les restes de polychromie seront plus précisément observés sous loupe binoculaire et résumés dans un tableau stratigraphique. 

RESTAURATION DU CHRIST,
les étapes successives du travail
.

Diaporamas automatiques ci-dessous;
Survol de la souris pour voir les titres
Clic gauche sur l'image pour avance manuelle.

 





Quelques images dans l'atelier
de Élisabeth Wolkowski-Didelot,
le 15 octobre 2012,
après un premier dégagement,
en présence de Madame Anetta Palonka-Cohin,
de la DRAC des Pays de la Loire.

,
 



Repose du Christ en Croix au- dessus de la poutre de Gloire,
le 7 juin 2013.

 

Date de création : 22/09/2011 @ 12:02
Dernière modification : 06/10/2016 @ 22:46
Catégorie : LA CHAPELLE
Page lue 6225 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Nous rejoindre
Pour adhérer à notre association ou pour renouveler votre adhésion,
télécharger ici le bulletin à nous envoyer.

MERCI



Association  « Les Amis de Sainte-Cécile »
association loi 1901 – Mairie  72500 – Flée



Association « Les Amis de Sainte-Cécile »
L’association a pour but de participer à la restauration et à l’animation culturelle de la chapelle Sainte-Cécile.

Nous nous permettons de rappeler à nos adhérents et à notre public des concerts que nous n'avons plus de subventions pour payer les cachets des artistes et les locations de pianos, non plus pour le "pot" de fin de soirée.
Nous tenons au principe de l'entrée libre, mais rappelons que le chapeau à la sortie devient, avec les adhésions, notre seul moyen de continuer les animations et la restauration de la chapelle. Merci de votre soutien.

 
Vous pouvez adhérer au moyen du bulletin ci-dessous. Les cotisations versées par les adhérents peuvent ouvrir droit à la réduction de 50% d’impôt prévue à l’article 200-2 du CGI (Code des Impôts). Exemple : 30€ versés = 15€ de déduction.
Toute personne souhaitant bénéficier de la réduction d’impôt pourra à sa demande se voir délivrer par l’association un reçu conforme au modèle-type fixé par l’arrêté du 25 octobre 2000 et pourra l’annexer à sa déclaration de revenus.
Les dons effectués ouvrent droit à une réduction de l'impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don et dans la limite de 20 % du revenu imposable.
 
Exemple : un don de 100 euros = 66 euros d'économie d'impôt
* Nous souhaitons mettre à jour les adresses courriel et les numéros de téléphone des membres afin de faciliter la communication : aidez-nous en écrivant votre email très lisiblement et en script (respectez les majuscules, SVP ). Merci beaucoup.
 

 

^ Haut ^